Amour, Courage et Foi – les clés de la confiance et du travail sur Soi.

10885490_10152540607582011_6474043693290048356_n

 

Aujourd’hui, j’ai envie d’écrire sur ma façon de travailler sur moi, et sur ce qui m’a menée où j’en suis actuellement. Beaucoup de gens me demandent par messages comment j’ai réussi à prendre confiance en moi petit à petit, comment j’en suis arrivée à une jeune femme qu’on pourrait qualifier de rayonnante en partant d’une petite fille plutôt peu confiante et, je dois bien le dire, un peu perdue à l’époque! Comment suis-je partie d’une estime de moi complètement inexistante pour parler à ce jour de tout ce que j’ai appris sur ma chaîne youtube, sur mes pages ou sur ce site?

Est-ce mon enfance parfois difficile qui m’a forgée? Est-ce ma propre volonté de revenir à une sagesse que je gardais bien cachée en moi? Ou bien sont-ce peut-être tous les « outils » qui ont été placés sur mon chemin pour que je reprenne conscience de ce que je suis qui m’ont fait évoluer?

 

Eh bien en fait, c’est un peu tout ça. Je ne raconterai pas toutes mes péripéties dans ce texte, comme j’ai pu le faire dans ma dernière vidéo, car il serait alors bien trop long… Mais je vais vous transmettre mon expérience, ainsi que trois choses ici: l’Amour, le Courage et la Foi. Observez l’effet que produisent ces trois mots sur votre corps et sur vos énergies, rien qu’en les prononçant avec vigueur. Ils sont mes moteurs, non-dissociés et de toute façon, indissociables à mes yeux. C’est au fond, véritablement, ce qui m’a poussée à revenir à moi-même et à ne pas déroger à Ce Que Je Suis, quoiqu’il m’en coûte.

 

* L’Amour d’abord, car sans Amour je ne vois pas de raisons de vivre. Sans l’Amour dans mon coeur, je n’ai de cesse de me dire « à quoi bon tout ceci »? Sans l’idée de partage, sans l’idée d’une connexion et d’un lien profond avec tout être, avec toute chose, je me dis que tout cela n’en vaut pas la peine… C’est l’Amour mes amis qui nous chuchote doucement: « Nous sommes UN. Tu n’es jamais seul, tu ne seras jamais rien, et l’univers t’aime… Si tu as la chance d’avoir conscience de cela, partage cet Amour. Offre-le aux gens qui en ont besoin. Aide ton prochain comme toi-même… Construis un pont entre les mondes, et sois ce pont pour les autres ». L’Amour est véritablement une des plus grandes bénédictions que je connaisse à ce jour. Je ne remercierai jamais assez Tout Ce Qui Est pour l’Amour… Quand j’y pense, j’en pleure de joie. L’Amour est ce qui nous rend fort… Car, il faut bien le dire, si l’on était tout seul sur une grande planète, nous n’aurions aucun intérêt à construire quoique ce soit. La force primaire qui nous pousse à vouloir faire, à partager, c’est le lien… C’est l’Amour, mes amis!

* Vient ensuite le Courage, car sans lui je ne me serais jamais engagée sur cette voie; je n’aurais alors pas fait un seul pas vers ma propre guérison, vers ma propre élévation. Comme je l’ai déjà dit dans ma vidéo, cette voie n’est de loin pas la plus simple actuellement, c’est pour cela qu’elle demande du Courage… Sachez cependant qu’elle est la plus abondante, la plus sincère, et la plus satisfaisante pour l’Âme. Le Courage est ce qui m’a poussée à me tenir encore debout quand le reste semblait s’effondrer autour de moi. Il est là chaque fois que je dois affronter mes peurs; il est un ami infaillible qu’on ne doit surtout pas sous-estimer. Comme je l’ai déjà écrit, il est un attribut du Coeur, et donc de l’Âme… Et de l’Amour. Le Courage m’a permis d’affronter mes peurs une à une. Il m’a montré de quoi j’étais capable, et c’est loin d’être fini. Le Courage m’a permis de me surpasser quand je me croyais éteinte, perdue… Finalement, le Courage m’a permis d’emprunter ce dernier chemin: celui de la confiance, celui de la Foi… Car oui, il faut être courageux pour briller.

* Et ainsi pour finir, la Foi; car sans elle, rien n’est « matérialisable ». Elle est la composante qui rend les choses possibles, qui rend les choses visibles par la magie d’une force justement invisible. Elle est la magie (l’âme agit) qui s’exprime! L’Amour et le Courage sont infiniment bons, encore faut-il croire en eux aveuglément, sans se poser de questions quand à leur puissance et leur réalité… Car ils sont réels dans votre Être si vous croyez véritablement qu’ils le sont. La Foi crée l’espace nécessaire en vous pour recevoir toutes les bénédictions que vous demandez à votre Âme; elle aiguise l’intuition et la dévoile à vos yeux, elle façonne votre propre Confiance en vous… Sans la Foi, comment créer véritablement un Moi qui saura répondre aux désirs de mon âme? La Foi en ce que j’appelais alors ma propre « flamme intérieure » est ce qui a pu faire de moi ce que je suis aujourd’hui. La Foi offre le confort et la tranquillité nécessaires pour créer, tel un artiste qui a besoin de son atelier pour s’ouvrir. Elle soutient tout mon être, quoiqu’il arrive. C’est ce ciment qui maintient le tout, contre vents et marées.

La révélation en moi de l'Amour, du Courage et de la Foi m'ont littéralement sauvée.

La révélation en moi de l’Amour, du Courage et de la Foi m’ont littéralement sauvée.

~~~

Je vais vous confier une chose: à la période où j’ai justement perdu mon Amour, mon Courage et ma Foi, j’ai tenté de me suicider (vers mes 16 ans environ). Je n’écris pas cela pour qu’on me plaigne – je suis comblée à ce jour et je suis très heureuse de n’avoir pas réussi à me donner la mort à ce moment-là; j’ai failli mourir plusieurs fois, mais j’avais trop de choses à faire ici pour partir si tôt! J’écris cela pour vous montrer une chose: sans ces trois parties de moi, comme n’importe qui, je me meurs. L’Amour, le Courage et la Foi sont désormais pour moi des attributs de ma personne, à part entière. Et je pense que chaque être qui veut retrouver confiance en lui et en son propre pouvoir doit faire une place dans sa vie pour ces trois alliés indéfectibles et interdépendants. Enfant, ces trois composantes vivaient en moi, mais par la force des choses et des aléas de la vie et du monde tel qu’on le connaît, j’ai petit à petit perdu, un à un, tout ce pourquoi j’étais venue. Car oui, c’est pour vivre avec Amour, avec Courage et avec une indéfectible Foi que je suis venue sur Terre; tout le reste – ce que je suis aujourd’hui, mes écrits, mes vidéos, l’aide que j’apporte aux gens, mes engagements, mes valeurs, ma force -, n’est qu’une résultante naturelle d’un Être qui se tient dans ce que je nommerai cette Trinité Divine Initiale.

On a remplacé ces trois attributs par l’idolâtrie d’un Dieu externe à nous-même (que ce soit les religions, l’argent, une bonne place dans la société, l’approbation ou la reconnaissance des autres, la célébrité, la soif de pouvoir, etc), qui nous guide et nous façonne… C’est ainsi que nous nous sommes déconnectés de notre véritable essence, alors que nous sommes tous des particules de « Dieu » et que notre meilleure guidance est INTERNE. Notre confiance en notre puissance pure a été malmenée. Dieu (ou Tout Ce Qui Est, ou bien la Source, ou bien l’Energie Originelle, ou encore le Grand Esprit de l’Univers – peu importe) n’a aucune religion, aucune devise monétaire, aucune frontière, aucune soif, aucune approbation, aucune place, aucune limite. IL EST VOUS. Il est temps, chers humains, que nous reprenions tous conscience de notre vrai pouvoir: il est là, en nous, quelque part… « Et il nous trouvera, si on veut qu’il nous trouve. »

 

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

 

10426085_700988896688930_665191984577234526_n

« Nous ne pouvons rien apprendre aux gens, nous ne pouvons que les aider à découvrir ce qui est déjà en eux. » – Galilée

 

Maintenant que je vous ai fait part de tout ceci, je vais vous donner quelques exercices concrets pour que vous vous rendiez compte que votre nature divine est à portée de mains, si l’on veut bien travailler sur Soi bien sûr. Travailler sur Soi, ce n’est pas seulement travailler à intégrer certains principes honorables. Bien sûr, cela peut être utile… Il est bénéfique d’intégrer le lâcher-prise, et il est bon de vouloir aimer toute personne inconditionnellement. Il est noble de pouvoir voir que le mal et le bien ne servent en fait qu’une seule et même cause: l’unité… Mais tout ceci n’est rien à mes yeux si vous ne révélez pas à vous-même votre propre puissance, qui n’a d’ailleurs pas à être intégrée car elle est déjà en vous. Elle est déjà VOUS! Le travail sur soi, ce n’est donc pas seulement intégrer; c’est surtout et d’abord révéler… Les choses à intégrer viennent toutes seules après ceci, elles s’intègrent de façon simple et fluide à la mosaïque de notre Moi, et cela pour une simple et bonne raison: elles ne rencontreront plus de « résistances », de « barrages » qui les empêcheraient de traverser toutes les couches de notre Être.

C’est une grande perte de temps et d’énergie, à mes yeux, de vouloir mettre de côté toutes nos blessures et toutes nos failles au lieu de travailler directement sur elles, tout comme les pierres travaillent et deviennent plus belles avec le temps. Il me semble bien plus logique de déconstruire les digues si l’on veut que l’eau/l’énergie, génératrice de Vie, circule et s’étende partout, plutôt que de s’épuiser à forcer les barrages en poussant contre encore et encore. Ce que j’appelle « déconstruire les digues », c’est pour moi déconstruire nos croyances néfastes liées à nos blessures et à nos peurs. J’ai commencé ce travail il y a environ 3 ans. À l’époque, j’avais commencé par ce que j’appelais « démonter mes mécanismes psychiques ». La clé de cette pratique était l’observation, j’avais crée en moi un espace neutre pour m’observer moi-même sans jugements, afin de constater simplement; sans préjugés, sans critiques et sans parti-pris. Pendant que je m’observais moi-même, je me rendais compte régulièrement que mes réactions n’étaient pas à l’image de ce que je souhaitais voir en moi et dans le monde. Je me suis rendue compte que je réagissais souvent par automatisme… Et j’ai commencé à comprendre une chose importante: action et réaction. Quand quelqu’un appuie à un endroit où vous vous êtes fait mal, votre corps réagit… Eh bien là, c’est pareil. Il faut savoir distinguer les réactions réfléchies et voulues par la totalité de votre Être des réactions « automatiques », « programmées ». J’avais remarqué que selon les circonstances extérieures, je sortais de ce que j’appelle aujourd’hui mon « alignement » (ou mon authenticité) pour entrer dans une spirale infernale imbibée d’émotions et de pensées qui me tourmentaient… Telle action déclenchait chez moi automatiquement (et donc pas de façon consciente et réfléchie) telle réaction. X action donnait X réaction, Y action donnait Y réaction, etc. J’avais mis le doigt sur une autre chose très importante: je n’étais pas toujours moi-même, et je menais ma vie comme si j’étais un être doté d’un « programme par défaut« . Ce n’était pas mon essence véritable qui s’exprimait lorsque je réagissais de façon « automatique », c’était autre chose… Une sorte de « programme » en moi qui était aux commandes à la place de mon coeur. J’ai découvert avec de la volonté et du temps que ces mécanismes n’étaient pas complètement externes à ma personne. En effet ils ne représentaient pas pleinement ce que j’étais au fond de moi, mais ils étaient représentatifs de certaines parties de moi… Eh oui, je ne connaissais pas encore la différence entre le moi inférieur et le moi supérieur à l’époque.

 

En tout cas, c’est là que j’ai commencé à m’intéresser profondément à mes blessures et donc à mon « moi inférieur », composé de fausses croyances, de peurs et de doutes. Certains appellent cela les blessures d’enfance, d’autres appellent cela les blessures d’âmes. Pour ma part, je les vois comme des traumatismes vécus (dans cette vie ou dans une autre) si forts et si douloureux pour le « Moi » que quelque part en moi, une chose avait décidé qu’il fallait se prémunir de possibles traumatismes et qu’il fallait se « défendre » en cas de situations qui me renverraient à ces traumas. Ainsi naissent les mécanismes psychiques/les automatismes, et ainsi naît la « carapace » qu’on croit devoir créer pour se protéger du monde extérieur. Cette carapace qui laisse si peu de place à ce que nous sommes vraiment. J’avais alors compris comment tout ceci se passait dans la substance, mais j’avais la sensation de ne pas être encore à la source du problème – il me manquait l’essence… J’avais commencé à déconstruire ces digues en comprenant qu’elles n’étaient pas représentatives de ce que je suis vraiment mais seulement représentatives de mes peurs et des limites que je m’impose moi-même, mais je me voyais bien également qu’il était vite fait pour moi de les reconstruire quand la « situation s’y prêtait »… Et je me suis rendue compte que remonter vraiment à la source, c’était se demander « pourquoi?« . Je voulais savoir POURQUOI j’avais construit ces digues. J’avais compris déjà, grâce à l’étude de moi-même, que chaque prise de conscience était libératrice. Ainsi, si je remontais à la source, à ce que l’on appelle couramment « le pourquoi du comment » (si vous y réfléchissez c’est exactement ça), au POURQUOI de tous ces barrages, je me libérerai d’un énorme poids…

 

En effet, imaginez-vous un arbre ou une plante qui pousse: la graine est enfouie dans la terre, et elle doit « percer » celle-ci pour sortir et commencer à véritablement grandir… Si la terre est tendre et fertile, la pousse n’aura aucun mal à sortir de la terre. Mais si la terre est sèche et rude, la pousse, si petite qu’elle est car au tout début de la formation de son Être, rencontrera de grandes difficultés à sortir de la terre. Elle restera peut-être cachée sous cette couche de terre sèche et rude jusqu’à ce que la Terre, par on ne sait quel procédé naturel et miraculeux, devienne plus accueillante… Avant de pouvoir sortir pour s’épanouir et grandir librement. Nous sommes pareils aux plantes et arbres… J’ai compris qu’il était bon de connaître tout cela, mais qu’il était encore meilleur de travailler sur ce qui m’empêchait véritablement de vivre sans ces digues et barrages: la terre. Je devais travailler la terre.

 

chakras encore

La symbolique des sept chakras.

 

Si vous connaissez un peu la symbolique des chakras, vous verrez que le chakra de la terre, le chakra racine, est celui qui est en lien direct et premier avec nos peurs. Qu’ai-je écrit plus haut? Que nos croyances néfastes sont directement liées à nos blessures et à nos peurs. Je devais remonter jusque-là. J’ai donc décidé un jour de prendre un carnet et d’y noter absolument chaque événement que j’estimais traumatisant, qui m’a profondément blessée et choquée dans mon Être, la peur étant pour moi une chose que l’on peut expliquer et rationaliser. Je fus très surprise de voir à quel point la liste était longue… J’avais listé pas moins d’une cinquantaine d’événements (55 exactement) qui m’avaient profondément heurtée. Je les ai tous relu attentivement, maintenant qu’ils étaient là, posés sur le papier de mon journal. Et plus je les lisais, plus d’étonnantes similitudes se révélaient à moi. J’étais en train de mettre le doigt sur une nouvelle chose très importante: la plupart de ces événements avaient un « détonateur commun« : mon absence TOTALE d’estime et de confiance en moi. J’étais soufflée. Quand on s’intéresse à la spiritualité et même à la physique quantique, on apprend avec étonnement que nous sommes les créateurs de notre réalité. Que cela soit conscient ou non, on crée ce que l’on croit (et donc on voit ce que l’on croit)… Là, toutes les pièces du puzzle s’assemblaient parfaitement… Avant même d’arriver à ce point j’avais entrevu la possibilité, comme je l’ai écrit plus haut, que mes croyances néfastes étaient à l’origine de beaucoup d’épreuves que j’avais vécues et plus particulièrement d’un poids qui pesait sur mes épaules et qui me rendait souvent profondément triste et morose sans que je ne sache véritablement pourquoi. Tout m’a paru si clair… J’avais la réponse. En regardant mon carnet et tous ces traumatismes que j’avais vécus, j’avais là le pourquoi du comment j’avais crée tout ceci dans ma vie jusqu’à présent. J’avais compris pourquoi mon âme avait choisi et placé sur ma route toutes ces épreuves: je devais ABSOLUMENT avoir confiance en moi.

J’ai toujours eu, sauf étant très jeune et plus depuis quelques mois (ouf!), une petite voix en moi qui me jugeait, qui me rabaissait, et qui a failli m’éloigner tellement de mon coeur qu’elle en devenait dangereuse pour ce que je suis aujourd’hui et pour la mission que je sais devoir accomplir à ce jour (j’y reviendrai plus loin). Je me suis toujours jugée, je me suis toujours trouvée « pas assez bien », « trop faible », je me suis toujours cherchée des tas de défauts, et je n’ai jamais réellement pensé que je méritais le bonheur, l’amour ou la joie. Je me blâmais chaque fois que quelque chose de négatif arrivait dans ma vie, en me disant que c’était ma faute et que je n’étais pas assez forte, pas assez douée. Tout était là: comment construire quelque chose de beau en partant de telles croyances? Je devais changer la vision que j’avais de moi-même, c’était impératif. Et pour cela, il n’y avait pas 36 solutions… Pour ma part, je n’en ai vu qu’une. Je suis entrée à nouveau dans cet espace d’observation neutre de ma personne, et j’ai lu une fois encore tous les traumatismes que j’ai vécus, en essayant de prendre ces choses comme si elles étaient les confessions de quelqu’un d’autre; j’ai pensé que cela m’aiderait moi, puisque j’ai toujours aimé aider les gens. Je devais absolument ne pas investir ce que je lisais de ces jugements si faciles que je m’assénais sans cesse. En lisant toutes ces épreuves comme si elles étaient celles de quelqu’un d’autre, j’ai littéralement éclaté en sanglots… J’ai pleuré, pleuré, tellement pleuré… Pour la première fois de ma vie, j’ai pleuré de compassion pour moi-même. Pour la première fois de ma vie, j’ai compris que ce n’était pas « ma faute »; j’ai compris qu’il n’y avait même aucune faute. J’ai compris que je n’avais jamais eu la volonté profonde de vivre dans le malheur, mais que je n’avais simplement pas assez d’Amour pour moi pour m’autoriser le bonheur. J’ai compris que je n’étais pas faible, et que ces épreuves étaient le reflet de mes peurs et de mon manque de confiance en moi. J’ai compris que je devais vivre tout cela pour arriver à une compréhension si globale de mon Être et de ma Vie. J’ai compris que ces épreuves étaient des créations de ma personne, mais pas comme une punition… Plutôt comme une bénédiction pour que je me rende compte de ma propre Force. Pour la première fois de ma vie, j’ai porté un regard bienveillant et aimant sur Ce Que Je Suis. Une vérité que je n’avais jusqu’alors jamais entrevue se profilait devant moi: la générosité, l’amour, la compassion que j’offre aux autres… Me les avais-je déjà offert à moi, rien qu’une fois? Je savais que la réponse était non, mais je ne me sentais pas coupable un seul instant, car j’avais compris qu’avec cette découverte, le jugement n’avait plus lieu d’être. Cette expérience m’a touchée au plus haut point; quelque chose a définitivement changé en moi ce jour-là. Je me suis sentie pleine d’Amour et de compassion pour ma personne et pour tout ce que j’ai traversé pour arriver enfin là où j’en suis, aujourd’hui. J’ai compris que cette petite voix qui ne cessait de me rabaisser n’était pas un tyran que je devais détruire, mais qu’elle était simplement le reflet de mon propre manque d’estime de moi. J’ai compris que sans son apparition, jamais je n’aurais fait ce travail et jamais je n’aurais pu me rencontrer moi-même et me connaître, profondément… J’ai appris à m’aimer, et à aimer même mes parts d’ombres. Dans parts d’ombres, il y a « pardon ». Et en effet, je me suis sentie envahie d’une énergie très puissante: le Pardon. Je me pardonnais pour tout ce que j’avais pensé de moi jusqu’à présent, et je remerciais la totalité de mon expérience sur Terre pour cet immense cadeau.

 

« Je suis désolée, pardonne-moi, merci, je t’aime. »

10433777_668550909921532_3536625243557692666_n

 

Le temps a encore passé, et plus il passait, plus je voyais chaque expérience vécue comme un inestimable et précieux don de la vie. J’ai compris que si je n’avais pas vécu tout ceci, je ne serais pas en mesure d’aider aussi bien les gens qui viennent à moi et qui en ont besoin. C’est parce que j’ai vécu tout cela, parce que j’ai souffert et que je suis allée au fin fond de mon être grâce à la douleur qui a été pour moi un déclencheur, que je suis capable d’aider les autres dans leur propre cheminement… Comme si j’étais un pont entre un Être et l’Amour qu’il porte en lui pour lui-même et pour chaque chose dans l’Univers. J’ai vu que la totalité de ma vie était un immense cadeau qui m’offrait une expérience unique, et qui ferait de moi un pilier pour les autres, une transmetteuse telle que j’ai toujours voulu l’être profondément… J’ai compris que tout ce que j’avais vécu jusque-là faisait partie intégrante de ma mission: éveiller les consciences à leur propre nature divine et à l’Amour, au Courage et à la Foi. Car comment entraîner les autres à découvrir en eux ce que l’on n’a pas découvert en nous-même?

 

J’ai retrouvé mon Amour: j’allais pouvoir offrir le meilleur de ce que je suis à moi-même, et au monde. Je me sentais pleine de gratitude pour tout ce que j’avais pris comme une malédiction jusqu’alors. J’ai retrouvé mon Courage: désormais, je savais de quoi j’étais faite. Je ne laisserai plus jamais mes peurs me couper de ma propre magnificence. J’ai retrouvé ma Foi: maintenant, je sais que quoiqu’il arrive, cette flamme dans mon coeur me porte et me portera toujours… Dans les hauts comme dans les bas… Et finalement, peu importe l’épreuve qu’on m’amène aujourd’hui, je dis MERCI à la Vie. Merci d’ÊTRE.

 

[ MERCI. MERCI. MERCI. Toi qui lit cela, sache que je t’aime. Et je souhaite que tu t’aimes aussi profondément qu’il est possible de t’aimer… ]

 

 

Aurane Kree, Aurane crée.

15 comments

  1. Merci pour cet article . Je n’en avais pas lu de tels depuis longtemps . Tu n’exagères pas, ne te prends pas des airs de pseudo-gurus, c’est appréciable . Ce partage est un don précieux .

  2. Merci Aurane pour ce merveilleux recit de ton experience , tu est un exemple nous devons tous retrouver notre amour notre courage et notre foi afin de pouvoir nous aimer aussi profondement qu’il est possible de s’aimer <3

  3. Bonjour Aurane,

    Sacré petit bout de femme qui débarque.. que j’ai l’immense plaisir de découvrir depuis hier 😉

    Magnifique partage que tu nous fais.. authentique, sans pudeur et d’une extrême profondeur!
    Merci Aurane.. c’est certain, tu ne trompais sur ta mission 😉

  4. « J’ai compris que tout ce que j’avais vécu jusque-là faisait partie intégrante de ma mission: éveiller les consciences à leur propre nature divine et à l’Amour, au Courage et à la Foi. Car comment entraîner les autres à découvrir en eux ce que l’on n’a pas découvert en nous-même? »

    Oui ce n’est qu’a ce moment là (découverte en soi-même) que l’on peut comprendre, savoir (en restant humble), aider (modestement et à son propre niveau) ; avec le coeur…
    Merci de partager tout ça avec nous. Ici et à bientôt sur FBook.
    :)

  5. Aurane je tenais vraiment à te remercier pour tous ce que tu fais. Je t’ai découvert (ça fait à peine quelques jours) dans une vidéo avec Laura Marie et dès que tu a commencé à parler j’ai reçu comme une vague d’énergie énorme. Ça m’a vraiment boosté. Tellement que je ne comprenais pas ce qui m’arrivais. Tu dégage une telle force, une telle joie de vivre que je l’ai ressenti dans chaque cellules de mon corps. Tu es toute pétillante, une effervescence de bulles de lumières.
    Je voulais aussi te dire que j’ai vécu à peu près la même chose que toi. Moi aussi je ne me suis jamais senti comme les autres et je ne comprenais pas pourquoi. Je savais que les jeux auxquels jouaient étaient vraiment stupides comme jouer à faire la guerre. Pour moi on ne joue pas à faire la guerre. Alors je ne jouais pas avec eux, je restais seul dans mon coin. Ça à vraiment été dur. Et comme toi au collège j’ai du mettre de coté qui j’étais pour pouvoir m’intégrer. A tel point que j’ai oublié qui j’étais. Je ne savais même plus quelles étaient mes qualités, mes défauts. J’avais accumulé tellement de masques que je ne savais même plus quel était mon vrai visage. Et comme toi vers mes 16 ans (en 2007) j’ai essayé de me suicider. Parce que toutes mes pensées étaient orientée vers le négatif. je sentais toutes cette noirceur en moi et tout autour de moi. J’étais littéralement noyé de noirceur. A tel point que je ne pouvais plus voir la lumière nul par. Je pensais que les personnes qui faisaient des bonnes actions le faisaient pour être bien vu des autres. Je pensais que l’amour n’existait pas. Que c’était un concept inventé de toute pièce. Je pensais qu’il n’existait que la peur, la colère, la haine, le dégoût, la méchanceté, bref tout ce qui est négatif. En fait c’était tous ce que j’étais. Je me suis senti m’éteindre à petit feu jusqu’à sombrer dans le néant . A quoi bon vivre dans un monde de noirceur ? Alors j’ai essayé de me suicidé et je n’ai pas réussi. Personne n’a su que j’ai fait une tentative. Je ne pouvais pas en parler de peur qu’on m’emmène voir un psychiatre. Et je maudissait la vie de ne même pas m’accorder la mort. De ne pas m’autoriser à trouver la paix. Et là je ne sais pas pourquoi j’ai demandé de l’aide. A qui ? A quoi ? Puisque je ne croyait en rien. Je ne sais pas à qui j’ai demandé de l’aide mais j’en ai reçu. J’ai été guidé vers des films, des livres, des personnes. Et grâce à ça j’ai pu m’en sortir. J’ai fait des prises de conscience pas à pas. Et maintenant je suis arrivé tellement loin ! Je vois tous ces gens endormis. J’en oublie parfois que j’ai été comme eux.

    Voilà je voulais partager une partie de mon histoire parce que j’ai trouvé qu’elle ressemblait à la tienne Aurane. Et je voulais te montrer que tu n’es pas la seule à avoir traversé tous ça.
    Mais maintenant nous sommes des porteurs de lumière alors au final ça en valait la peine :)

Laisser un commentaire