Le végétalisme: pourquoi?

"Je ne suis pas de la nourriture..."

« Je ne suis pas de la nourriture… »

– Qu’est-ce que le végétalisme à mes yeux:

Pour moi, le végétalisme représente en partie l’avenir du genre humain. En effet, cette idée porte en elle la compassion, l’empathie, l’amour, le respect, la considération de chaque être vivant et la reconnaissance du droit fondamental de chaque être à vivre une vie heureuse. L’humanité, pour l’instant, manque encore cruellement de toutes ces notions pourtant si importantes. Le végétalisme, c’est finalement l’idée de faire le moins de mal possible, à la Terre, aux animaux et aux humains également. Au-delà de ça, il s’agit tout simplement de la prochaine marche évolutive pour l’humanité sur le plan de l’alimentation. Nous allons petit à petit apprendre à infuser la conscience dans tout ce que nous faisons, et cela passe par notre assiette. Il s’agit aussi, à mon sens, d’une reconquête de notre éthique et de notre propre bien-être. Fondamentalement, il est bien clair que quasiment aucun être humain ne prend plaisir à tuer ou à faire du mal. C’est dans l’ordre naturel des choses de vouloir causer le moins de mal possible; si nous étions faits pour la souffrance, le sang, la douleur et la mort, nous ne fuirions pas toutes ces choses… Et pourtant c’est ce que tout le monde fait. Indéniablement, le végétalisme est une idée dont le temps est venue: c’est une façon juste de resituer l’humain à la place qui est la sienne, c’est une façon de reconnecter avec son coeur… C’est une façon de propager l’amour.

 

– Ce que le végétalisme m’a apporté et pourquoi j’ai adopté ce mode de vie:

Dans un premier temps, je peux dire que le végétalisme m’a apporté une chose: l’authenticité. Jamais je n’aurais pu moi-même tuer des êtres vivants pour manger leur chair, c’était donc beaucoup plus logique et sain à mes yeux d’arrêter de payer d’autres personnes pour qu’ils le fassent pour moi. Ensuite, je dois dire que physiquement, ma vitalité a triplé après que je sois passée végane. Je me sentais plus en forme, plus en accord avec moi-même, plus en accord avec la nature et les animaux… Plus en accord avec mes convictions profondes et mes sentiments naturels, qui sont de ne pas faire de mal à autrui. J’ai reconnecté avec une information très importante: les chats et les chiens ne sont pas différents des vaches, des cochons, des veaux et des lapins que l’on mange… Tous ces êtres méritent d’être aimés et cajolés de la même façon. Je ne m’étais jamais renseignée sur ce qui se passait dans les abattoirs et ailleurs, par conséquent n’ayant pas l’info, je ne me doutais pas de ce que je cautionnais. En fait lorsque l’on voit un bout de viande dans notre assiette, on est complètement déconnecté de la réalité qu’il y a derrière et de toute la souffrance qu’engendre ce morceau de chair que l’on s’apprête à avaler. En me renseignait sur tout ceci, j’ai compris la notion de spécisme, et j’ai vu que cela ne m’avait jamais correspondu vraiment. Si j’avais eu les informations sous les yeux depuis petite, je n’aurais jamais pu manger de produits animaux. C’était tout à fait naturel pour moi d’agir en fonction de mon coeur et d’opter pour le végétalisme aussitôt que j’ai vu ce que je cautionnais en mangeant des oeufs, des produits laitiers, de la viande et des poissons… Aussi, j’ai pris connaissance de ce que toute cette industrie infligeait à la Terre, et je n’en ai été que plus horrifiée. Les chiffres ne mentent pas… Et lorsque j’ai vu qu’à l’autre bout de la planète il y a des êtres qui meurent de faim car malheureusement des gens comme moi n’étaient pas bien informés de ce à quoi ils participaient, je n’ai été que plus confortée dans mon choix d’arrêter de consommer des produits animaux. Je suis heureuse d’avoir prise cette décision, c’est un des choix les plus importants que j’ai fait dans ma vie, et un des meilleurs très certainement; sans parler du grand impact positif d’une telle décision sur notre propre santé également. En fait le végétalisme pour moi, c’est tout simplement naturel maintenant.

 

– Et si j’avais l’opportunité d’adresser un message général aux omnivores, je leur dirais:

Honnêtement, je demande à toutes les personnes sensibles de regarder avec leur coeur ce qu’on inflige aux animaux, à la Terre et aux autres êtres humains, pour la consommation de tous ces produits animaux. J’ai foi en l’Homme, je crois en l’humanité, et je suis intimement convaincue que si la plupart des gens étaient vraiment bien informés, ils arrêteraient de cautionner ce massacre. Je leur demanderai aussi de faire preuve de bon sens: ne dit-on pas « ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse? ». Si une apparente supériorité intellectuelle ou physique justifie d’appliquer la loi du plus fort d’une façon si égoïste et arbitraire, comme nous l’avons fait pendant si longtemps et comme nous continuons malheureusement de le faire, alors toute situation de viol, de meurtre, et toute oppression est légitime. Et si un jour vous êtes les oppressés, messieurs dames, ne souhaiteriez-vous pas que quelqu’un se lève et dise: « non, ceci n’est pas juste, cet être est conscient et sensible, il a le droit à sa liberté, il a le droit de vivre comme bon lui semble »? Je suis sûre que si, et dans votre coeur, je sais que vous l’êtes aussi.

 

Oeuvre de Banksy sur la souffrance animale.

Oeuvre de Banksy sur la souffrance animale.

*** Je ne suis pas là pour vous culpabiliser. Je suis là pour vous donner envie de vous reconnecter. Merci. <3

 

Aurane Nea

One comment

  1. L’homme finira nécessairement par sortir de la chaîne alimentaire carnivore. Non pas pour des raisons éthiques mais plutôt quand les filières alternatives (cellules souches par ex.) seront en mesure de proposer une diversité gustative et nutritive à des coûts bien inférieurs à ceux de l’élevage…

Laisser un commentaire